Rechercher dans ce blog

samedi 18 avril 2020

Souffle d'amour


« Un être humain est une partie du tout que nous appelons univers, une partie limitée par l'espace et le temps. Il s'expérimente comme séparé du reste...
Notre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion pour embrasser, dans leur beauté, toutes les créatures vivantes et l'ensemble de la nature. »
Albert Einstein





Carl Sagan, Pale Blue Dot: A Vision of the Human Future in Space



« Regardez encore ce petit point. C'est ici. C'est notre foyer. C'est nous. Sur lui se trouvent tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu. Toute la somme de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d'idéologies et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et tous les paysans, tous les jeunes couples d'amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants plein d'espoir, les inventeurs et les explorateurs, tous les professeurs de morale, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l'histoire de notre espèce ont vécu ici, sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.
La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique. Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d'une fraction d'un point. Songez aux cruautés sans fin imposées par les habitants d'un recoin de ce pixel sur d'indistincts habitants d'un autre recoin. Comme ils peinent à s'entendre, comme ils sont prompts à s'entretuer, comme leurs haines sont ferventes. Nos postures, notre propre importance imaginée, l'illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l'univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle. Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité - dans toute cette immensité - il n'y a aucun signe qu'une aide viendra d'ailleurs nous sauver de nous-mêmes. La Terre est jusqu'à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n'y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Visiter, oui. S'installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment c'est sur Terre que nous prenons position.
On a dit que l'astronomie incite à l'humilité et fortifie le caractère. Il n'y a peut-être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue. »

6 commentaires:

  1. Il y aura toujours des fous et vaniteux qui penseront qu'ils peuvent tout reconstruire ailleurs, la nature nous montre pourtant chaque jour quelle se porte bien mieux sans nos activités
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette pauvre planète est bien malmenée et massacrée par nos activités. En cette époque où nous traitons le vivant comme une vulgaire marchandise, la vie est plus que jamais en danger. L'humanité daignera t-elle comprendre ce message et agir? Je vous souhaite un bon dimanche, amicalement, Séverine.

      Supprimer
  2. Certains sont conscients qu'on pourrait faire autrement sans doute mais ceux qui possèdent ne voudront jamais abandonner le profit. L'argent est le maître mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'argent a tout remplacé, et tout perverti. Pourtant, un autre monde est possible... Je vous souhaite une excellente semaine.

      Supprimer
  3. La vision cosmique de notre univers nous rabaisse à un petit point microscopique et lorsque l'on voit nos décideurs politiques enfiler leurs costumes de chefs et proférer leurs savants discours, on a tout de même envie de sourire. Nous vivons une épreuve, c'est certain, mais il y a quelque chose qui m'échappe dans son "traitement", j'ai hâte de comprendre. Merci pour ce beau texte et ces mots d'Einstein, ils nous donnent de la force. Belle journée Sèverine, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Brigitte, l'épreuve que nous vivons peut nous faire grandir à conditions que nous soyons prêts à faire cet effort et à se remettre en question. Ainsi nous pourrons reprendre le pouvoir sur notre vie. Notre terre est un reflet de ce que nous sommes, nous dévastons notre humanité autant que notre planète... Je vous souhaite une excellente fin de semaine, Séverine.

      Supprimer

Entre animaux et fleurs

" J’ai interrogé la terre, la mer et ses profondeurs, les animaux et les choses rampantes. J’ai interrogé les vents qui soufflent, le...