Rechercher dans ce blog

dimanche 9 janvier 2022

L'anniversaire de Yoko

 Rappelle-toi que tu n'es pas seul au monde ... Tu dépends de mille créatures qui font le tissu de ta vie ... Faouzi Skali





Yoko vient de fêter ses 28 ans ...

Elle qui est arrivée ici agonisante, squelettique (elle pesait moins de 100kg), malvoyante (elle était presqu'aveugle et a retrouvé la vue d'un côté) ,avec une ancienne fracture jamais soignée au postérieur gauche, une grave piroplasmose, des plaies et des vers...

C'était il y a un peu plus de 3 ans. Yoko a trouvé le chemin de la vie et de la guérison, puis le chemin de l'amour et de la lumière.

Yoko est devenue maman 6 mois après son arrivée, en adoptant Poésie, une petite vache handicapée (aveugle, épileptique et atteinte d'une compression de la moëlle épinière ce qui génère des troubles de la croissance et des soucis neurologiques).

Elle a fait du lait pour son bébé et l'a allaitée pendant plus de 8 mois. Elle fait systématiquement du lait lorsqu'un bébé ou un jeune arrive au refuge, que ce soit un veau, un mouton, un cabri, un lama ou autre.

Aujourd'hui Yoko est épanouie, pleine de vie. Elle transmet amour, joie et sagesse et rayonne. Elle galope, s'amuse, vient participer à ce que nous faisons, adore faire de la médiation animale...

Yoko est un symbole, le symbole du combat pour la vie, au-delà de la souffrance, au-delà du courage, un combat avec comme arme l'amour, c'est la plus grande force qui soit, et cet amour grandit lorsqu'il est partagé.

Alors, pleine d'émotion, je profite de ce post pour dire à Yoko à quel point j'ai de la gratitude et de la joie pour tous ces moments cœur à cœur , pour tout ce qu'elle est et nous fait être... Merci Yoko.





mercredi 29 décembre 2021

Du temps pour vivre

 Écoute le vent, il parle ; écoute le silence, il murmure ; écoute ton cœur, il sait. ~ Anonyme





"Je ne vous souhaite pas n’importe quoi,
Je vous souhaite quelque chose de très rare,
Je vous souhaite du temps pour rire et vous réjouir, 
pour faire ce que vous voulez, et pour penser aussi aux autres,
Je vous souhaite du temps pour ne plus courir,
Du temps pour être heureux,
Je vous souhaite du temps et de la confiance en vous-mêmes, et des surprises, 
Je vous souhaite du temps
Et pas seulement pour regarder les heures passer,
Je vous souhaite du temps pour toucher les étoiles,
Et du temps pour grandir, pour mûrir,
Je vous souhaite du temps pour espérer
Et pour aimer sans plus jamais reporter,
Je vous souhaite du temps pour vous retrouver,
Pour comprendre que chaque jour est un cadeau,
Je vous souhaite du temps aussi pour pardonner,
Je vous souhaite du temps pour vivre."


(Poème des Natifs américains des tribus Dakota)

lundi 29 novembre 2021

Je suis mort aujourd'hui

 Aux qualités qu'on exige d'un chien, connaissez-vous beaucoup de maîtres qui soient dignes d'être adoptés?

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais




« Je suis mort aujourd’hui. Tu en as marre de moi et tu m’as emmené à la fourrière. Ils étaient surchargés, et j’ai été malheureux.
Je suis dans un sac en plastique noir dans une décharge. Un autre chiot recevra ma laisse mal utilisée que j’ai laissée. Mon collier était sale et trop petit, mais tu l'as pris avant de m’envoyer ici.
Je serais toujours à la maison si je n’avais pas mâché ta chaussure ? Je ne savais pas ce que c’était, mais c’était en cuir, et c’était par terre. Je plaisantais, c’est tout. Tu as oublié d’acheter des jouets pour moi.
Je serais toujours à la maison si j’avais été domestiqué ? Se frotter le nez sur mon pipi m’a juste gêné d’avoir le nez mouillé. Il y a des livres et des professeurs d’obéissance qui auraient t'appris à m’apprendre à sortir.
Je serais toujours à la maison si je n’avais pas apporté des puces à la maison ? Sans médicaments anti-puces, je ne pouvais pas les enlever après que tu m’aies laissé dans le jardin pendant des jours.
Je serais toujours à la maison si je n’avais pas d’aboiement ? J’avais juste peur : « je suis seul, je suis là, je suis là ! Je veux être ton meilleur ami. »
Est-ce que je serais toujours à la maison si je t’avais rendu heureux ? Me battre ne m’a pas fait apprendre.
Est-ce que je serais toujours à la maison si tu avais le temps de prendre soin de moi et de m’apprendre ? Tu ne n’as pas fait attention à moi après la première semaine, mais j’ai passé tout mon temps à attendre que tu m’aimes. Je suis mort aujourd’hui.

Ton chien »

Auteur inconnu




Bébés oies adoptés par des bernaches